10 août 2014

Est-ce qu'il fait bon vieillir ?

Ce cahier est pour toi,
Valérie Dayre,
La Joie de lire, Coll. "Hibouk", 2014. 103 p.
Dès 10 ans.

Une personne âgée surnommée Granninouchka écrit à son petit-fils, Gaspard pour lui raconter ce qui vient de lui arriver. Granninouchka perd la tête et depuis sa dernière escapade où sa fille a dû la récupérer au poste de police, elle est placée dans une maison spécialisée.

Granninouchka entretient des relations profondes avec Gaspard, c'est pourquoi elle lui dédie ce cahier plein d'intrigues autour d'une aventure étrange qui se déroule précisément au fond du parc de la maison de soins où elle réside. Entre imaginaire et réalité, elle tente de comprendre ce qui se passe dans ce petit pavillon où elle a fait la rencontre d'un certain Maurice. S'agit-il d'un enfant ? D'un vieil homme ? Plus largement, d'une famille ? Elle ne sait pas car elle perd la tête.

Ce cahier est pour toi parle du vieillissement, et plus précisément, de la maladie d'Alzheimer. Le récit est découpé en courts chapitres qui laissent le lecteur dans l'attente d'indices, d'éléments nouveaux ou d'actions, voire de détails sur la personnalité de la narratrice, hélas, il n'en est rien. En effet, toute la subtilité de cette histoire se base justement, sur cette frontière entre le vrai et le faux, entre ce qui habite la vieille dame et son quotidien (tout autre).

Difficile de suivre à la lettre une mémoire vacillante, toutefois, il est intéressant de partager ce désarroi, d'autant plus, si autour de vous (jeunes lecteurs) vous avez dans votre entourage une personne atteinte de ce type de maladie. Dans le cas contraire, vous partagerez un petit bout de souffrance, voire de folie avec une vieille dame rebelle, qui compte bien ne pas se laisser prendre au piège de sa démence. 

Un fait de société dont nous parlons de plus en plus, y compris dans la littérature de jeunesse, pour un roman tout en tempérance, difficile à aborder sans être un bon lecteur. Dans tous les cas, bien que l'écriture de Valérie Dayre soit tout à fait maîtrisée (plutôt poétique et sensible), il semble bien compliqué d'accrocher les plus jeunes avec ce type de sujet, d'autant plus que l'histoire n'a pas été abordée de manière fluide et encore moins, sommaire. 
Enfin, pour ma part, j'ai beaucoup apprécié la photographie en page de couverture, elle représente parfaitement l'ambiance du livre, son côté sombre et mélancolique.